Je sais, je sais : le coup du hoverboard, on vous le sert à toutes les sauces, cinq à six fois par an, assaisonné de conditionnel et de promesses oscillant entre l’inabouti et l’irréalisable. Ces dernières années, le skate qui lévite est devenu le marronnier techno-pop ultime, et l’assurance pour n’importe quelle PME de s’attirer les regards médiatiques en une vidéo postée à la va-comme-j’te-pousse, montrant au choix un prototype inachevé, un hoax aussi brillant que rageant – Mattel, je ne te pardonnerai jamais – ou un modèle visiblement aussi fun et intuitif qu’un semi-remorque sans direction assistée (descends de là, Tony, on voit bien que t’es mal à l’aise).


Que voulez-vous, on est comme vous, un peu déçus : oui, on est en 2015, l’année dans laquelle sedéroule Retour vers le Futur II et non, nom de Zeus, Marty, ce foutu hoverboard n’existe toujours pas. Alors dès qu’on en voit apparaître, on salive comme des chiens de Pavlov en s’imaginant déjàcruiser sans effort à cinquante centimètres du sol sous les regards éberlués des vulgaires plantigrades.

Cette fois-ci, quand même, la donne est un peu différente – si, si. Comme vous l’aurez constaté, la vidéo intégrée ci-dessus présente le Slide, un hoverboard de taille raisonnable (plus proche de la planche de skate que du tapis volant) à la finition soignée, qui défie paresseusement la gravité de quelques centimètres. Sur le deck, une griffe inattendue, celle de Lexus, plus connue pour ses voitures de luxe que pour ses avancées en matière d’objets anti-gravitationnels – bien que Toyota s’ intéresse de plus en plus aux voitures à lévitation magnétique.

Suffisant pour faire lever plus d’un sourcil, et s’interroger sur la nature réelle de l’objet. D’autant que la vidéo ne montre à aucun moment un utilisateur se déplaçant avec, mais à peine la pointe d’une pompe flirtant avec la planche, ce qui laisse soupçonner que non, le Slide ne supporte pas (encore) le poids d’un être humain, contrairement à ce qu’affirme le titre de la vidéo.

Azote liquide et supraconducteurs

Contactée par Gizmodo, Lexus a fini par distiller quelques informations supplémentaires au sujet du prototype : le Slide serait “développé depuis 18 mois par deux équipes en Allemagne et à Londres“, a déclaré la firme japonaise, et serait en train d’être testé par un skateur à Barcelone (n’hésitez pas communiquer si cet été, vous croisez un type sur un skate volant). Sur le plan technique, la fumée que l’on voit émaner de la planche  serait de l’azote liquide, ingrédient secret de la recette de la lévitation.

Comme tout un chacun le sait, un hoverboard fonctionne grâce à des aimants qui, placés sous la planche et mis dans des conditions de température extrêmes, émettent un puissant champ magnétique (ce phénomène est appelé supraconductivité). Problème : plus la force contraire apposée aux aimants est puissante (le poids d’un corps humain, par exemple, et la gravité qui va avec), plus les aimants doivent être froids pour maintenir la lévitation. Pour ce faire sans sacrifier au design, Lexus a donc “inventé” un système mélangeant azote liquide et aimants. “Inventé” ou presque, puisque des chercheurs de l’université Paris 7 l’avaient déjà fait en 2011 – et étaientmontés dessus, eux.

Si vous avez vague mémoire de vos cours de techno, vous vous rappellerez sans doute que les aimants sont tout à fait inutiles sur une surface telle que le béton… Ce qu’a confirmé Lexus : la surface que l’on voit sur vidéo, même si elle y ressemble, n’est pas du béton mais une surface métallique. Et c’est ainsi que les rêvent se brisent, une fois de plus, contre les récifs de la physique. Et que le morceau de plastique rose et pailleté de Marty McFly est toujours le Graal de nos fantasmes futuristes. Cela dit, si l’expérience vous intéresse, Lexus vous propose de la suivre surTwitter en attendant une présentation spéciale le 21 octobre 2015 – jour dans lequel Doc et Marty débarquent dans le futur.

Une date de présentation officielle : le 5 août

Dans une courte vidéo, la marque a annoncé que la planche sera présentée au grand public le 5 août prochain. Une date sortie plus d’un mois après la présentation de l’objet, qui rassure. Pas plus d’informations en revanche, sur une quelconque date de sortie, de prix ou autre. Il faudra donc attendre le jour fatidique pour espérer en apprendre plus sur l’objet déjà culte.

 

 

Partager